28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 00:11
Les filles...

... à la vanille.

Fenêtre sur jardin. Matin radieux.

Zoomons un peu.

Les filles...

Il ne s'agit pas d'arbres, mais d'écosystèmes messieurs dames. Sur ce pied d'arbre à pain, moult espèces végétales habitent. Sans compter tout un tas de saletés de bestioles.

Les filles...

Oh oh, que vois-je ? Des représentantes de la familles des Orchidacées (assez !).

 

Un peu particulières. Faites un effort.

Les filles...

Eh bien voilà, c'est ça. Des fleurs de vanille. 

 

Quel est le problème me direz-vous ?

 

Le problème, c'est qu'elles sont à 3 mètres de haut, cherchant légitimement de la lumière.

 

Et à cette hauteur, comment faire pour les féconder, et obtenir neuf mois plus tard (ça me rappelle quelque chose) de jolies gousses noires et grassouillettes ?

 

Je vais réfléchir à la question, chercher une échelle, et tenter dès demain matin une cascade pour tenter de remplacer le pollinisateur, absent de nos régions. Parce que, vanille sur le gâteau, la fleur de vanille ne dure qu'un jour, comme le plaisir d'amour.

 

Fécondation obligatoire avant 7 heures. 

 

Ca rigole pas.

commentaires

tehachepe 28/04/2015 12:12

Ca va etre chaud à la Lezarde

comment prendre son pied le matin
tu prends une perche télescopique en carbone ( canne à pèche -attention au ligne électrique) et tu fixes à l’extrémité une épine et un pinceau en poil léger genre martre Kolinsky de chez Raphael mais N° 20(# 80 euros le bout )
et au petit jour tu joues au pollinisateur à pied en butinant de fleur de vanille en fleur de vanille
ils font comme ca à la reunion

Voila comment procédé (extrait et adaptation de wikipedia /la vanille/ pollinisation )
La fleur est tenue délicatement d'une main, un doigt servant de point d'appui sous la partie centrale de la fleur. Avec un instrument pointu mais non tranchant, une épine par exemple, on déchire le capuchon qui protège les organes sexuels mâles. Avec ce même instrument, on redresse alors la languette qui sépare les organes femelles de la partie mâle et l'on rapproche avec les doigts l'étamine porteuse du pollen vers le stigmate ainsi dégagé en exerçant une petite pression pour assurer un bon contact.