15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 00:37
Maison Murville

Je partais faire un peu de sport. Quoi de plus naturel que de vouloir oxygéner ses petites alvéoles pulmonaires, tout en renforçant par la même occasion son galbe fessier ? Je pose la question.

 

Baskets aux pieds, sac au dos sans trêve, j'emporte mon hibou... non je me trompe, ce n'est pas ça. J'emporte au cas où mon matos de dessin et mon petit trépied pliant.

 

C'était en quelque sorte prémédité. Le sport s'est transformé en une partie de jambes en bas. J'ai pris mon (tré)pied, face à la Maison Murville, je me la suis faite. 

 

Le matin même, j'étais passée en voiture dans le secteur avec l'infâme Fanch (qui m'avait quand même apporté de la brioche), et lui avais montré la maison en passant. F l'infâme aime bien le patrimoine bâti traditionnel antillais. Les cases créoles quoi.

 

Alors mon inconscient a fait le reste, et a confondu sport et mémoire. J'ai eu un peu de mal avec ce dessin, mais finalement je ne m'en suis pas si mal sortie. J'aime particulièrement la frise de la façade, qui contraste bien avec l'intérieur de la terrasse.

 

Quelque chose bien sûr me lie à cette maison. Qui part un peu en vrille depuis bientôt dix ans que son locataire Daniel est parti voir ailleurs. Aujourd'hui, son fils Jérémy a écrit très joliment "Si pour certains leur dernière demeure se situe six pieds sous terre, cette case-là était sa véritable dernière demeure".

commentaires