30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 09:46
Araignée du matin

J'ai passé la journée d'hier dans mon train de banlieue Paris-Pointe-à-Pitre. Sur les 8h de vol : 7h de sieste, et une petite heure de lecture. Un magazine sur le yoga, dont j'ai retenu quelques idées. Se centrer sur soi, et sur ce qui nous lie. Certains l'appellent dieu, d'autres le grand tout, ou encore "la nature". C'est ce dernier vocable que j'adopte, depuis longtemps.

Les retours à la maison sont toujours un peu chargés. La moiteur, la fatigue du décalage horaire, la pensée des miens que je laisse de l'autre côté, les petits soucis du travail qui se profilent à l'horizon.

Alors je profite du petit matin pour dérouler mon tout nouveau tapis de yoga, épaisseur triple et caoutchouc naturel (émoticone sourire). Etant un peu troublée, j'opte pour une simple et courte séance de méditation (appelons un chat un chat comme disait quelqu'un que j'aimais). Je pose sur le tapis non seulement mes fesses, mais le tracas que je ressens. Je me concentre sur le souffle, je laisse passer avec plaisir le chant des oiseaux. Le chagrin vient, je le prends aussi tel qu'il est.

Il faut maintenant passer à l'alimentation du corps, le petit déj, pris avec Swan. Ce dernier reparti dans ses pénates, je reste un moment attablée, le nez au vent (il n'y a pas de vent). Et dans mon angle visuel, j'apercçois un être à 8 pattes se déplacer. A quelques centimètres de mon assiette, une belle et grosse araignée, venue de sous la table. Elle s'arrête tout près de moi, puis repart d'où elle est venue. Passées les quelques secondes de stupeur, ma raison me dit que je n'ai rien à craindre, et qu'elle est juste venue me déposer un message.

Araignée du matin, chagrin. Oui, mais pour mieux profiter de ce qui viendra ensuite.

commentaires