30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 23:48

En résumant, on pourrait dire que c'est l'alter ego de Daniel Sempere, enfant puis jeune homme ayant vécu des heures sombres dans le Barcelone des années 40.
Ces personnages sont les héros du roman que je viens de vampiriser (livre démarré au mouillage de l'ilet Cabri, et poursuivi pendant un arrêt de travail consécutif à un léger surmenage, je ne dirais qu'une chose, vive les arrêts de travail).
C'est drôle (non ?) comme nous associons la lecture de certains livres à des épisodes de notre vie. J'avais démarré 'La firme' de John Sépuqui, roman pseudo-kafkaïen (tendance cafard mortel) à l'hôpital, en attendant que mon puisné veuille bien commencer à montrer le bout de son nez. Pas tenu plus de 100 pages. Après la naissance du sus-dit, et toujours à l'hôpital mais à l'étage du dessous, j'avais lu avec plaisir mon premier Grangé, 'Les rivières pourpres'. Fallait pas que les tétées durent trop longtemps, suspense sanguinolent oblige.
Bon alors le bouquin dont auquel je vous cause, s'appelle 'L'ombre du vent', offert par des amis d'amis.



D'aucuns diront que le vent ne peut pas faire d'ombre, pas plus que l'air du temps, ni le chant des oiseaux. Mais laissons les dire, et plongeons-nous dans cette histoire qui commence comme elle finit, une génération plus tard, au cimetière des livres oubliés.
Chose rare, j'ai réussi à freiner ma vitesse de lecture à la fin de l'ouvrage, pour rester un peu plus longtemps en compagnie des personnages du livre.
Donc Daniel le jeune, héros qui doit s'initier à la vie en quelque sorte. Elle démarrera vraiment (sa vie) autour d'une question : qui est Julian Carax, auteur de l'Ombre du vent ? Cette quête l'entraîne très loin, bien que toujours à Barcelone. 
Je ne vous en dis pas plus (j'ai peur d'en être incapable). Je retiens une phrase 'On reste un peu vivant tant quelqu'un se rappelle de vous'.
L'auteur c'est Carlos Ruiz Zafon, et dommage, ses autres romans ne sont pas traduits en français.

commentaires

REVEL catherine 06/02/2017 11:28

Merveilleux ,voilà ce que m'inspire ce roman.On ne peut se détacher des personnages tellement ils sont vivants...Notamment Pénélope et Béa!!!Daniel et Julian bien sur,et puis Fermin pour qui j'ai beaucoup de tendresse et qui ressemble à un de mes oncles...Malgré que cela se passe dans les années 1930 et 1955,on a l'impression que l'histoire pourrait se vivre de nos jours,bravo et merci à Carlos Ruiz Zafon,j'espère en lire d'autres de lui,et merci à Dominique ma soeur qui me l'a offert à Noël,que du Plaisir!!!!!!!!!!

Bernard 27/11/2015 14:05

Extraordinaire

mélissa 29/03/2012 16:09

Bonjour,
Je viens de lire votre article sur L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. A la fin tu dis que c'est le seul roman traduit de l'auteur or, ce n'est pas le cas. Tu trouveras: Marina, Le prince de la
brume, Le palais de minuit, Les lumières de Septembre (3 œuvres réunies dans La trilogie de la brume) ce sont ses premières œuvres. Ensuite tu as Le jeu de l'ange qui appartient à la même
tétralogie que L'ombre du vent et le dernier Le prisonnier du ciel n'est malheureusement pas encore traduit en français. Voilà, j'espère pourvoir t'aider, en tout cas si tu as aimé L'ombre du vent
tu aimeras les autres aussi.
Au revoir.

catherine 17/08/2008 16:16

je l'ai lu et je suis d'accord avec toi, on ne peut pas s'arrêter .....

alida 04/08/2008 22:05

j'irais le chercher tout suite!!!!
(excuse mon troglo-francais!)
Bizzz
Alida