2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 23:04

Seulement trois mois de retard pour évoquer une courte escapade à Terre-de-Bas des Saintes. Si si, ça existe, c'est en France. Là encore, nos ambitions étaient d'aller en Dominique, tout collait, sauf le voyage de retour, pas de place dans le bateau.
Alors un coup de voiture jusqu'à Trois-Rivières, on loupe juste le premier bateau, puis nous voguons sur un frêle esquif jusqu'au cul du monde.
J'évite la narration chronologique, souvent lassante pour le lecteur. Je ne retiens que les temps forts de ces quelques jours.

 

Une randonnée en solitaire sur une trace qui longe d'abord les falaises. Je tombe sur une scène naturaliste que je ne m'explique pas. Clairière dans une forêt sèche, je tombe en arrêt sur une kyrielle de papillons de jour, genre citrons, mais plutôt blancs, agglutinés sur des plantes herbacées. Dès mon arrivée, ils s'égaient, puis reviennent petit à petit. J'arrive à m'approcher, et à les croquer.



Il ne manquait plus que la fée Clochette débarque. Ce qui m'a étonnée, c'est que ces papillons ne butinaient ni ne s'accouplaient. En RTT peut-être ?

 

Un peu plus loin, une vue imprenable sur Terre-de-Haut, l'Ilet Cabri et le Pain de Sucre.

 

 

Le lendemain, nous avons fait la trace en famille, en fin de journée. Rencontre avec trois couleuvres allant du jaune au noir. Passage en forêt sèche, en lit de ravine pierreux, en savane à flanc de colline au couchant, puis en forêt de Bois d'Inde.

Retour au gîte, où ils proposent en plus de chambres quasi classiques, une cabane pour deux et un tipi en bois, voir ci-dessous.



A essayer...

commentaires