24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 21:17

Suite de la saga estivale.

Génial, on s'est rappelés où était garée la voiture à Venise, et nous avons pu nous diriger vers l'étape suivante : le lac de Garde. Pourquoi le lac de Garde ? Comme ça. Le nom était évocateur, et ça nous rapprochait de Milan, où il était prévu de laisser la Mère Michèle, qui n'avait bien heureusement pas perdu son chat.

Petit a parte à propos de la Mère Michel (sans e), héroïne du roman "L'élégance du hérisson", que je vous recommande chaudement. J'essaierai d'en faire un petit article dans un délai raisonnable.

 

La région du lac de Garde se caractérise par la présence d'un lac glaciaire - mais pas glacial - du même nom, d'une longeur de plus de 50 kilomètres, d'un bleu un peu turquoise, de galets gris, et de bandes de canards qui barbottent (ça fait bizarre quand on se baigne). Le tour du lac est assez désolant (de mon point de vue) mais dès qu'on s'élève un peu (au sens propre), adieu l'ambiance de station balnéaire surpeuplée, et bonjour la tranquilité, les oliveraies, les vallées abruptes.


Les hauts de Toscolano-Maderno

Petit épisode climatique, qui me donne l'occasion d'utiliser la vidéo comme support de communication (c'est une première, je me lance).  Pour l'instant c'est la galère, je n'y arrive pas.

Eh bien nous avons donc assisté à un gros coup de vent, avec chute de grêle, la température a chuté d'une douzaine de dégrés en moins de temps qu'il ne faut pour charger une vidéo sur You-m'en-Tube.

Deux jours à nous imprégner de l'ambiance, jouer au frisbee dans l'oliveraie magique, faire des papouilles au gros labrador noir de Maria-Paola, chercher les bons restaus et finir par les trouver.


Pour finir, une image torride, captée dans la forêt par Ludo. Ames sensibles s'abstenir.

commentaires

Marie 01/09/2009 15:45

Hihi excellente photo érotique :)