24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 21:02

img812.jpg

Petit crème bien blanc chez Paul, au départ d'Orly Sud. J'aime beaucoup ce petit bistrot.

 

Ce matin, perturbations sur la ligne Montreuil - La Défense, des manifestants étaient descendus sur la voie, je ne saurais vous dire pourquoi.

 

Appelé donc un taxi pour rejoindre l'aéroport. Le chauffeur est doué de parole, et ne débite pas le discours réac qu'affectionne parfois cette corporation. 

 

Il manque de m'emmener Gare du nord, j'avais pourtant dit Orly Sud. Il est portugais, et m'explique tout ce qu'il a dû apprendre comme micro-géographie pour devenir taxi.

 

Dans mon bagage à main, je ramène en Guadeloupe le Coq à la fumée, un objet qui m'a fait cauchemarder plus d'une fois dans ma petite enfance. Un coq en céramique multicolore rapporté du Portugal par mon père il y a environ un demi-siècle. J'avais baptisé le cauchemar "Coq à la fumée".

 

2014-04-25-07.29.09.jpg

 

Après tout ce temps, c'est aujourd'hui que j'ai décidé d'emporter chez moi ce symbole de mes terreurs nocturnes d'antan. Le voici installé à l'abri des chats, qui comme chacun sait ne cassent jamais rien.

 

Le taxi m'explique que sa région natale, au nord du Portugal, est pleine de torrents, de montagnes boisées, et la mer un peu plus loin. Il m'aide à décharger mes bagages (alourdis par 2 kilos de gingembre au vinaigre), et je lui montre mon coq.

 

"Ah, mais ils sont fabriqués dans ma région ! On l'appelle le coq de Barcelos. El galo de Barcelos. L'histoire dit qu'au temps des rois, on servit un coq aux convives d'un banquet. L'un d'entre eux paria que le coq allait chanter. Et c'est ce qui arriva".

 

J'ai demandé son prénom au chauffeur, il s'appelait Alexandre.

 

Que veulent me dire les coïncidences de ce jour ? 

 

Encore une coïncidence découverte à l'instant. Le petit dessin là-haut, fait juste avant d'embarquer, montre un avion de la compagnie Aigle Azur. Spécialisée entre autres sur la destination Portugal.

commentaires