14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:42

img209.jpg

Oui, la cour dort parfois. Mais elle a quand même fait son job ces 10 et 12 novembre. L'huissier a pris sommeil.

Extraits, simplement pour ne pas oublier. 

 

img203.jpg

 

"Je dormais dans mon lit. J'ai entendu une voiture, comme un accident. J'ai repris sommeil. On veut mettre du poison et on vole chez moi. Le bruit du téléphone m'a fait sursauter, j'ai fait un geste comme ça de la jambe, et il m'a coupé avec un bistouri. Il croyait que j'étais à l'hôpital. Le syrien lui avait vendu une boîte de couteaux et il en a utilisé un."

 

"Il n'y avait pas de sang car j'avais mis un plastique sous ma jambe. Et j'ai brûlé le plastique. Je suis sorti prendre une feuille de bananier pour me panser la jambe".

 

"Il y avait une lumière qui me faisait mal aux yeux. Mais j'ai pu voir ses dents, j'ai eu peur et je l'ai frappé à l'épaule. Mais ce n'est pas moi qui ai donné tous les coups, seulement un ou deux. Quand je l'ai tiré hors de la maison, il s'est tourné en lézard et j'ai frappé le lézard. Je vous dis la vérité. Il avait un revolver. Lorsqu'il est transformé en volant, il a tourné et s'est coincé la chemise."

 

"Cétait fermé chez moi, mais il a la même serrure et il est rentré comme ça".

 

img199.jpg

"Monsieur Téplier,  essayez de répondre aux questions. J'essaye de vous trouver des côtés sympathiques, mais je n'y arrive pas".

 

img200.jpg

 

Elle a relaté les faits exposés en première instance. Puis elle a eu du mal à garder son sérieux en écoutant les allégations de Téplier et sa façon de vociférer.

 

img201.jpg 

 

Mais forcément, ça n'a pas fait rire Elise. Depuis presque 5 ans, elle essaye d'imaginer ce qui a pu se passer.

 

img204.jpg

 

Cette "jurette" était très concentrée, au point de s'endormir à plusieurs reprises. 

 

 img202.jpg

Notre avocate.

 

img207.jpg

 

Chemise rose pâle. Le psy explique que Téplier a une tendance paranoïaque, n'est pas psychotique, ni sujet à un délire permanent de persécution. Il est frustre, solitaire, plongé dans ses idées de persécution teintées de magie et de religion. Il est passé à l'acte sous le coup de la colère mais avait conscience de l'interdit.

 

img211.jpg

"... pariétale postérieure profonde... cranienne... dure-mère... post-traumatique..." Ca a pris 20 bonnes minutes.

 

img212.jpg

 

Difficile à entendre pour Elise.

 

Copie-de-img210.jpg

Chacun écoute le "récit de flagrance" du gendarme Portella, en visio-conférence.

 

img206.jpg

 

Puis, c'est le temps des plaidoieries.

 

Après l'avocate de la partie civile, c'est au tour d'un homme plutôt extraordianire.

Il ressemble à un hobbit, de petite taille, le teint doré des Saintois, une intelligence palpable, et une éloquence que c'est rien de le dire.

Un vrai comédien. Les pauses là où il faut. Les effets de manche. La véhémence auprès des jurés : "A la question avait-il l'intention de tuer ? Vous répondrez OUI". La perspicacité pour remettre en ordre une histoire étayée par très peu de faits. Et le coup de génie pour montrer que Daniel n'était pas rentré chez Téplier, il cite une phrase de ce dernier, trouvée au milieu du dossier qui fait bien 30 cm d'épaisseur : "Je l'ai frappé à l'intérieur pour qu'il ne puisse pas dire que je l'ai frappé à l'extérieur". Téplier avait donc bien compris qu'il devait prétendre que Daniel avait pénétré dans sa case, et qu'il était donc en état de légitime défense.

 

img208.jpg

 

Dernier acte.

L'avocat de la défense va parler pendant plus d'une heure. Finalement très habilement. Plaide à nouveau la légitime défense. Soutient que son client n'a dû porter qu'un ou deux coups de sabre. Daniel se sera fait les 15 autres en tombant dans l'escalier... Comme il y a deux ans, il demande l'acquittement.

 

Après seulement une heure et demie de délibérations, le Président prononce la sentance d'une voix qu'on entend à peine. Nous retenons notre souffle. Téplier a donné les coups avec intention de donner la mort. Il n'était pas en état de légitime défense. Il est condamné à 15 ans de réclusion.

 

DSCN2934.JPG

 

Ca y est. Nous pouvons relever la tête. Et faire une bon dieu de fête.

commentaires

catherine 19/11/2010 17:18


merci pour ce compte-rendu. ça ne fera pas revenir Daniel mais la justice a fait son devoir.