8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:34
Georges.Pavis

Dans la série sa vie son oeuvre, je poursuis sur mon grand-père paternel. Tiens ça me revient à l'instant, ma mère l'appelait Pipa. Ci-dessus donc, un auto-portrait dudit Pipa, avec toujours ce regard un peu fixe qu'ont les peintres quand ils se regardent dans une glace. En tous cas, c'est tout-à-fait lui.

Le thème de cet article, dont les dessins ont été piochés dans l'album numéro 2, concerne un épisode particulier de sa vie, son service militaire. A l'époque (voie chevrottante svp), il durait 2 ans. En 1907 et 1908, il se trouva donc envoyé à Verdun, du temps où c'était encore un coin de campagne riant, voir ci-dessous.

Georges-Pavis-Verdun-1907

Curiusement, j'ai trouvé très peu de dessins de militaires dans cet album. Quand même une vue du troufion de l'époque, attablé j'imagine à une table de bistro, ou encore posant pour la postérité.

G.Pavis-soldat-Verdun-1907 G.Pavis-Verdun-soldat2-1907

Par contre, de nombreuses esquisses, beaucoup plus féminines, oui. Qu'est ce donc là ? Un examen plus attentif des légendes au crayon font apapraître les termes suivants : "Pensionnaire de la rue de Californie", "Pensionnaire de la maison p.", "Maison publique", "Fille publique" et enfin "Fille à soldats". Façon assez poétique et respectueuse de désigner ce petit monde de la prostitution d'antan.

G.Pavis-Verdun-1907 G.Pavis-1908-Verdun-fille-a-soldat
Pour cette esquisse sur papier sépia, il s'agit peut-être simplement d'un passant qui fait la charité.

G.Pavis-Verdun-fille-publique-1907 G.Pavis-Verdun-soldat-fille-1907
Ici, pas d'ambiguïté.

Je me demande bien comment il se faisait accepter par ses modèles.

commentaires

michele 09/01/2010 08:24


C'était Maman qui l'appelait PIPA, nous l'appelions PERE-GEORGES...