19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 01:13

img046

En peinture à l'eau, on ne peut pas ajouter de blanc. A moins de tricher (ce qui est tout-à-fait autorisé), et de coller un petit coup de crayon ou pastel blanc par-ci par-là.
Mais donc en théorie, comment représenter en aquarelle un payasage à dominante blanche ?
Déjà, se persuader que ce qu'on voit n'est pas tout blanc.
Ensuite, cligner des yeux pour voir des couleurs ou des valeurs ressortir.

Mais de quoi elle cause encore ? Certains esprits curieux auront peut-être remarqué que la première moitié du mois de janvier a été marquée dans notre beau pays par ce qu'on appelle un épisode neigeux. Par la plus grande des chances, ma tribu se trouvait à ce moment-là dans un village exotique appelé Chamonix par les indigènes. Les dieux s'étaient donnés le mot, et pleuraient de grosses larmes froides : des flocons géants !

Que c'était beau.

img044

Sous l'iso-bidule des zéros degrés par contre, les larmes étaient liquide (la pluie qu'ils appellent ça). Alors moi, pas question d'aller chausser les machins longs et plats dans ces conditions. Pendant donc que mes proches allaient s'imbiber gaiement de flotte dans la montagne, je restai courageusement au chalet, avec ma bonne amie et ma boîte d'aquarelle. D'où l'histoire du blanc.

img045

La prochaine fois, je vous parlerai peut-être du vert.

commentaires

Catherine Colart 20/01/2010 09:42


Je confirme, que du blanc venant du ciel essentiellement. Nous nous trouvions à quelques km de Chamonix.4 heures de ski sur une semaine, économie de forfait, super. Du coup on y retourne en
mars.
Bonne année à vous tous.
Catherine