5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 15:11

DSCN6210.JPG

 

Qu'est ceci ?

 

Un lever de lune se reflétant dans les eaux limoneuses du fleuve Kourou ?

Le whisky du capitaine Haddock en apesanteur ?

Une pomme-liane sur le bord de la table ?

 

Vous l'avez deviné, c'est la dernière proposition. Illustrant le fait qu'aujourd'hui 5 mai, la loi de Murphy ne s'est pas appliquée.

 

2012 est une année à fruits, beaucoup de fruits. Pourquoi ? Sans doute à cause du temps sec en début d'année, donc un petit coup de stress pour les plantes. Qui dans ces cas-là prennent des actions en bourse (si l'on peut dire) et investissent davantage dans la reproduction, histoire d'assurer une descendance en cas de problème. Les froids polaires prolongés qui ont sévi en ont rajouté une louche sur le thème "je dois fleurir un max".

 

D'où une situation privilégiée ces temps-ci, pour nous autres les bouseux des Antilles. Il n'y a qu'à musarder dans le quartier pour glaner, sans risquer un coup de fusil, mangues-pommes, abricots-pays, prunes rouges... et pommes-lianes. Bien que mécréante, je peux vous dire que la pomme-liane est un cadeau du bon dieu, ou de ce qui en fait office. Proche cousine du fruit de la passion, elle en diffère par son goût (indescriptible), sa texture (peau bien plus molle) et son attractivité pour les rats (extrême).

 

Or donc, ce matin, toute guillerette à l'idée que le week-end ne faisait que commencer, je dressai une jolie table pour le petit déjeûner. Et déposai un peu trop prestement dans un plat les pommes-lianes que ma copine Aude m'avait données la veille (sous la menace il faut bien le dire). L'une d'entre elle sortit du rang et roula sur la table. Au lieu d'aller en toute logique s'écraser par terre, elle s'est arrêtée à quelques millimètres du bord, comme suspendue.

 

Je veux y voir un signe du temps qui s'arrête, des choses invisibles qui parlent, et de l'importance des petits riens.

commentaires

C
j'aimais bien la proposition du "whisky du captitaine Haddock en apesanteur"
Répondre