5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 00:05

img078.jpg

 

Petit mot trouvé en me levant samedi : "Maman si tu peux, réveille-moi à 6h30 pour m'emmener au bateau à Trois-Rivières".

 

Une occasion comme celle-là ça ne se loupe pas. Trois-Rivières est peut-être la plus jolie commune de France. On y embarque pour les Saintes, depuis le petit port inchangé ou presque depuis des lustres. (Qu'est-ce qu'un lustre ?).

 

Alors y emmener son fils qui vous le demande gentiment, comment résister ? Nous arrivons en avance, achetons un billet à la compagnie Deher qui affrète le "Miss Guadeloupe".

 

Puis allons tranquillement boire un petit crème au bistrot du port. Tutoiement de rigueur, c'est le bon côté de ce pays. Nous matons un peu les filles, il y en a une vraiment jolie.

 

Je laisse là mon bout de chou de presque 20 ans, et en reprenant ma voiture au parking, qui vois-je ?

 

Je vous le donne en 1 000.

 

Miss Guadeloupe en personne, élue pas plus tard qu'il n'y a pas longtemps. Avec sa robe de princesse. Elle est Saintoise, Mademoiselle Deher, et va donc rejoindre son île pour un triomphe bien mérité. Soit dit en passant, pas bégueule du tout, et un physique peu agressif.

 

Le sujet n'est pas là. J'avais un peu prémédité mon affaire, et mis dans mon sac un maillot de bain et mon carnet. Dans l'idée d'un stop à Bananier. 

 

Bananier : une embouchire de rivière avec des maisons au bord, et des palétuviers de l'autre côté du pont. Et un spot de surf bien tranquille, grève sombre, loin des chichis de la Grande-Terre (j'ai cependant beaucoup d'affinités pour certains coins de la Grande-Terre et ses îles proches).

 

A peine quelques surfs à l'eau, une lumière pâle et un vent chaud. Des vagues tièdes qui m'ont parfois bousculée, et laissé du sable noir au fond des oreilles. Les embruns se vaporisent dans l'air chaud, ce qui donne une touche japonaise au paysage (l'idée que je m'en fais car je n'ai jamais posé un orteil au Japon).

 

Bonheur bien imité, tout est encore possible le samedi matin.

commentaires