30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 23:24

DSCN5946.JPG

Jongleur perdant la boule. 

 

 

La journée avait bien commencé.

 

Quoi qu'un peu stressante.

J'avais été invitée aux premières assises du patrimoine naturel et de la biodiversité (excusez du peu), pour parler du Cra Cra. Qu'est le Cra Cra ? Une espèce de Martin-pêcheur devenue très rare en Guadeloupe. Je ne m'étends pas sur cette bestiole (une autre fois si vous insistez), car là n'est pas le sujet.

 

Or donc, après mon baratin, il y avait une table ronde (elle était rectangulaire, nous avons donc résolu, non pas la quadrature, mais la rectangliture, du cercle), une table ronde disais-je sur le thème de quelque chose du genre "Biodiversité et identité". A laquelle étaient conviés Laënec Hurbon (philosphe Haïtien), Hector Poulet (lexicologue Guadeloupéen), et Patrick Chamoiseau (écrivain Martiniquais).

 

Bon, le premier type, je n'ai rien retenu. Ilétait sûrement très calé, directeur de recherches au CNRS et tout et tout, mais même en faisant un effort, je ne peux rien en dire.

 

Le 2ème type, Hector Poulet, c'est déjà autre chose. Une bonne tête de Guadeloupéen, cheveux blancs je crois. Un vase avec des fleurs d'hibiscus devant lui. Comme une histoire racontée aux enfants, il explique qu'on pourrait faire de l'île une île aux fleurs si nous nous armions chacun d'un petit pinceau. Pour aller féconder des fleurs d'hibiscus et ainsi en créer avec de nouvelles couleurs, peut-être plus résistantes à ces saletés de bestioles qui font que maintenant, il n'y a presque plus de haies d'hibiscus de par chez nous. A ce sujet, je dois relever une erreur cher Hector, ce ne sont pas des cochenilles mais des acariens qui réduisent à néant les hibiscus.

 

Le 3ème type, Patrick Chamoiseau lui-même (Chronique des sept misères, Texaco, L'esclave vieil homme et le molosse...). Une tête penchée sur le côté et souriante derrière des lunettes à fines montures. Une voix douce et chantante. Un discours intéressant sur la nature et les hommes. Un type vraiment sympathique. A la pause, j'ai pris sur moi pour aller lui parler, en évitant l'écueil du "J'aime beaucoup ce que vous faites".

 

Voilà, c'était ma rencontre du 3ème type...

commentaires