24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 00:46

Ca n'aura peut-être pas échappé à certains, j'aime la Guyane.

Je voudrais que Cayenne ça ne soit pas fini. Tentative d'évasion (chantait Higelin). Tentative réussie, bien que ça ne soit pas le bagne pour moi.

Seulement quelques jours, mais une moisson d'instants uniques.

 

Aigrettes-Iles-du-salut-Guyane.jpg

Depuis le littoral de Kourou, les Iles du Salut sont proches.

 

Mangrove-Kourou-Guyane.jpg

 

C'est la saison des pluies, on est loin du bleu fastidieux. Une période d'envasement commence, les palétuviers commencent à pousser. D'ici un an peut-être, la mangrove aura remplacé la plage. Au fond à droite à l'embouchure d'un ruisseau, un couple de martins-pêcheurs crillaillait.

 

Paletuvier-Kourou-Guyane.jpg

Un soleil cuisant est revenu. Le ciel se reflète dans la marée descendante. 

 

Kourou-Monnerville.jpg

Le quartier Monnerville.

 

J'avais appris dans un bouquin de Daniel Picouly que Gaston Monnerville était  président du sénat en mai 68 quand De Gaulle a un peu pété les plombs et s'est évaporé quelques jours dans la nature pour reprendre ses esprits. Et que dit la consitution en cas de vacance du président de la république ? Que c'est le président du sénat qui prend l'intérim. Monnervile - président ! (un noir, vous vous rendez compte ?). En tous cas, dans le quartier Monnerville, il y a des Chinois où on trouve au moins 40 sortes de vins, un marchand de souvenirs qui vend de beaux hamacs et qui fait crédit, et un bistrot où on sert un très bon café crème. 

 

Inselberg-Regina-Guyane.jpg

 

La barre à l'Est, toutes : direction Régina, un des derniers bourgs avant le Brésil. Une route déserte, une forêt très valonnée, un abattis et ses troncs noircis, une buse blanche au détour d'une grosse mare, un petit serpent-liane écrasé, un toucan tout plein de couleurs abrité dans une termitière désaffectée. Nous trouvons l'entrée du sentier qui mène au seul inselberg facilement accessible de Guayne. Après moins de deux heures de marche et une bon raidillon, la montagne improbable. Elle permet de surplomber un peu la forêt. Au fond, le Brésil. Pas un chat, seulement des orchidées, des arbustes à fleurs rouges, et un gros dendrobate à la descente.

La forêt offre une petite salle de bains pour se rafraîchir, avec une eau claire, courante et potable, une branche permettant de déposer un vêtement, une roche pour remettre ses chaussures, et des plantes vertes comme mises là pour faire joli.

 

Crique-Macouria.jpg

 

Après le beau temps, la pluie. Qui empêche de sortir l'aquarelle. Merci au bon vieux crayon à papier. La crique Macouria nous mène jusqu'à son embouchure. On ne s'aventure guère plus loin, c'est l'océan. Temps forts : les ibis rouges, spatules roéses et 3 buses buson.

 

Montagne-des-Singes-Guyane2.jpg

 

Jour du départ, je rejoins la petite route de Dégrad Saramaca (j'adore ce nom). Je n'ai jamais atteint le but de la promenade, les entrelacs de racines m'ont ensorcelée...

 

commentaires

tehachepe 24/01/2012 12:25

bonjour
tres joli,
saramakas boni ayomani arawak ...
ca rappelle des souvenirs 1982
faudrait que je fouille dans mes diapos.