5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 21:49

img047.jpg

 

L'îlet Cabri est une toute petite île de l'archipel des Saintes, lui-même rattaché à celui de la Guadeloupe.

A l'îlet Cabri, on rencontre des cabris, un chat roux, des couleuvres, une forêt à mancenilliers, flamboyants et gommiers rouges.

Au sommet, les vestiges d'un fort, et d'une tentative avortée d'hôtel.

Donnant sur la plage, l'ancienne maison qui servait de local technique pour l'hôtel dans les années 70.

Au fond du paysage, la mer, Terre-de-Haut et le Pain de Sucre (à droite sur le dessin).

 

Une délicieuse impression d'abandon.

 

J'avais pourtant fréquenté ce mouillage une bonne dizaine de fois. J'avais bien remarqué qu'au vieux ponton défoncé était amarré un petit voilier en contreplaqué. Et que quelqu'un semblait plus ou moins habiter dans la maison cachée dans le sous-bois.

 

Je n'avais pas dû bien ouvrir les yeux.

 

Samedi, je débarque sur l'îlet avec mon ami Philippe. Nous tombons sur un distributeur à poteries hi-tech. Procédure : 1- Prendre une poterie, 2- Mettre 5 € dans la boîte. Notre curiosité est évidemment piquée. Sur ces entrefaites arrive un homme jeune et avenant avec qui nous commençons à discuter le bout de gras. Il nous explique son atelier de poterie.

 

 

img049.jpg

L'argile arrive par une voie naturelle, une ravine qui débouche dans un bac attenant à l'atelier (à gauche sur le dessin). Après les pluies, il touille ce qui arrive dans le bassin, "comme du chocolat", puis tamise, et renvoie dans un bassin plus petit, auquel il ajoute de l'eau de mer. L'argile décante, et elle est mise à sécher lentement dans des bacs en bois.

 

Ulric s'est installé là il y a 5 ans. Il a quitté Terre-de-Bas à cause des éoliennes qui ont été installées près de son atelier : trop de bruit, et surtout trop de dérangement, les équipes de maintenance passant par chez lui.

 

Après les explications, il nous propose tout naturellement d'essayer de tourner. Je m'assieds sur le tour à pied, et j'arrive à faire quelque chose de la boule d'argile. C'est très agréable de patouiller dans l'argile mouillée. C'est ensuite l'étape de peinture, à l'aide de solutions argileuses assez liquides et colorées. La cuisson est prévue la semaine prochaine, et nous devrons attendre un vent favorable pour venir chercher nos oeuvres.

 

Ulric n'a pas le look marginal ou baba cool auquel on pourrait s'attendre. Il propose (sans jamais en parler, cf le distributeur de poteries) un modèle de pot de fleur mural, parfait pour les épiphytes. La forme est unique, mais les variations de motifs, couleurs et textures multiples.

 

img050 img051.jpg

Nous amenons bien évidemment les enfants qui sont emballés par le fait de fabriquer de leurs propres (si l'on peut dire) mains des objets en terre. Et en plus, il y a une cible dessinée sur le mur, et on joue aux fléchettes avec des boulettes d'argile, qui viennent s'écraser mollement. Trop malade.

 

Voici donc le petit morceau de vie d'Ulric le potier.

 

 

commentaires

karim 11/09/2012 21:51

Merci pour cet article, avez-vous le numero de telephone d'Ulrich SVP?

Claudie 10/10/2012 01:13



Ah non, je ne suis pas certaine qu'il ait un téléphone...