24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 22:58

Cet article est une commande de mes compagnons de bateau. A la fois éprouvés, ravis, moulus, ils ont voulu garder le souvenir de 6 jours passés à la voile entre Pointe-à-Pitre, Antigua, Montserrat et les Saintes. En bonne camarade que je suis, je m'exécute, et je reporte ici la liste à la Prévert que nous avons établie ensemble.

 

Chapitre 1 - Les animals

 

Les poissons !

 

(un Thierry obsédé par la pêche)

 

P1110191.JPG

 

 

(un David à l'expertise, un Woody et un Rémi à l'assistance technique).

 

P1110234.JPG

 

 

- Un thon à ailes jaunes de plus de 3 kg entre Falmouth et Green Island, cuit au barbecue sur des sarments de raisinier-pays.

 

P1140139.JPG

 

 

- Un tazar maquereau d'un kg, même trajet, au four en papillotte.

 

P1140167.JPG

 

 

- Une dorade cauriphène de ? 4 à 5 kg, ratée dans la même zone.

- Une carangue bleue de 500 g à Green Island et Montserrat, cuite entière et au beurre à la poële.

- Une bonite de 2 kg entre Green Island et Montserrat, cuite en darnes à la poëlle.

- Une bécune (baracuda) de ? 2 kg entre Montserrat et les Saintes, relâchée pour cause de ciguaterra.

 

P1140362.JPG

 

 

- Une carangue noire même poids, même lieu, même punition.

 

P1140365.JPG

 

 

- Une touche de bécune un peu plus tard.

 

P1110471.JPG

 

 

- 2 exocets échoués sur le bateau pendantr la nav de nuit, qui finiront comme appâts.

 

P1140394.JPG

 

 

- 1 raie à Green Island, une raie à Montserrat, plaisir des yeux.

- Une vive à l'ilet Cabri, mangée au barbeque chez David et Marie.

 

P1140413.JPG

 

 

- Et en bouquet final, un tazar de 3 kg attrappé en plein grain au large de Goyave sur la route du retour.

 

Les dauphins !

Nous trouvent, jouent un peu, nous offrent des cabrioles, frôlent l'étrave, l'un se cogne un peu. Ce sont les petits dauphins tachetés.

- Une bande entre Guadeloupe et Antigua.

- Une bande à deux reprises peu avant l'arrivée à Montserrat.

- En nav de nuit d'après Thierry.

 

Les tortues !

Tortues vertes ou imbriquées ?

- Une dans le Grand Cul-de-sac Marin.

- 2 à Green Island.

- 1 en repartant de Montserrat.

 

Les virus !

 

- De la varicelle, déclaré chez Rémi.

 

P1140118.JPG

 

 

Mention spéciale baracuda

Thierry (je schématise) : "Au secours, un requin de 2 mètres de long, il aurait pu manger Michèle". Ce n'était qu'un gros baracuda qui nous a pris en sympathie. Nous l'avons baptisé Barak.

 

Les noiseaux

Surtout à Green Island mais pas seulement.

- Un bihoreau violacé.

- Des mouettes.

 

P1110324.JPG

 

 

- Des petites strenes.

- Les inévitables pélicans et frégates.

- Un faucon américain.

 

Les reptiles (au secours) à Green Island

- Deux couleuvres.

 

P1110259.JPG

 

 

- Des tas de lézards au nez rouge.

 

P1110301.JPG

 

 

Les mammifères

- Un agouti à Montserrat.

 

Les diptères

- Des moustiques de la Gabarre et l'Alliance.

- Des asticots dans la tarte de vous savez qui.

 

P1110223.JPG

 

 

- Des mouches dans le carré.

 

 

Chapitre 2 - Les raouls et malaises divers

 

Vomito

- Grand prix du jury : Thierry, 3 fois avec sono et ampli intégrés.

- Prix spécial du public : Marie, 3 vomis très discrets ainsi qu'un malaise léger mais persistant en nav.

 

P1110206.JPG

 

 

- Le monde du silence : Woody, le premier jour.

 

P1110470.JPG

 

- Encouragements du jury : Claudie, 1/2 vomi parfum banane le premier jour.

 

P1140083.JPG

 

 

Autres mentions

 

- Le prix vanille-fraise : Mimiche, coup de chaud à Green Island.

 

P1110272.JPG

 

- Le prix Elephant Woman : Michèle encore, dont la main a doublé de volume suite à une attaque probable et néanmoins intempestive des moustiques de l'Alliance (très méchants).

- Le prix confettis : Rémi, ou la guerre des boutons (voir plus haut virus de la varicelle).

 

P1110307.JPG

 

 

- Le prix nostalgie / parlote : Swan.

 

P1110167.JPG

 

 

- Le prix ça déchire : David, embraqueur un peu trop leste ("Aïe, quand je fais ça, je peux pas le faire").

 

P1110226.JPG

 

P1140358.JPG

 

 

- Le prix bricoleur devant l'éternel, qui récolte parfois plaies et bosses : François (au palmarès des réparations et récupérations diverses : 1 moteur, 1 générateur, 1 gaz, 1 lazy Jack, 2 assiettes par 15 mètres de fond, 1 saut de gazelle dans l'eau fangeuse de la marina à l'arrivée. A ce propos, fous-rires étouffés, et quantité de granules contre le mal de mer délivrées par erreur, la soigneuse les ayant confondues avec l'arnica.

 

P1140233.JPG

 

 

Mention à notre ami de tous les instants

CROSSAG, CROSSAG, CROSSAG.

 

L'équipée sauvage à Montserrat

 

P1110354.JPG

 


- Sous la houlette de Sam, notre-guide-qui-s'est-assis-sur-le-gros-rocher-là-bas-près-du-volcan. "I sat there, yeah !".

- Une vallée comblée de cendres.

 

P1110450.JPG

 

 

- Des villas à vendre pas cher en pagaille.

- Un point de vue après un parcours semé d'embuches, avec une pente à environ 70% sans exagérer (Ou pas beaucoup. Ou je l'ai pas fait exprès. Ou il était pas beau).

- Un stop sur l'héliport de l'observatoire, avec une forêt pleine de verts et un jardin créole montserranien (?).

 

P1110376.JPG

 

 

Divers inclassables

- Un fer à béton meurtrier à Little Bay : "Destination finale".

- Débarquement d'extra-terrestres en catamaran à Green Island : "Mars attaque".

- Le tour de G. Island pieds nus sur caillasse et épines pour nos trois djeunes.

- Ballade sous le cagnard : visite des boutiques de mode et des fonctionnaires en costard.

 

P1110416.JPG

 

 

- Repas à Little Bay : turquey, chicken and fish. My favorite dish !

 

P1110409.JPG

 

 

- Dégazage sauvage des soeurs Pavis, suite au wasabi du vendredi.

- "Ben Hur" ou "La guerre des chariots", ou "Comment semer bouteilles d'eau et boîtes de confit de canard sour le regard indifférent de 4 vilains petits connards (pas de gros mots svp).

- Menu spécial testé par Rémi : quiche aux lar-ves ou quiche aux asticots ?

- Paddle-zodiac party : testé par Rémi, Marie, Woody, Claudie et Swany !

 

P1110318.JPG

 

- "Black-out à Little Bay" ou "Le port de l'angoisse". Pourrons-nous repartir sans jus ni instruments ? Comment repasser au-dessus de 5 volts ?

- "Y'a du gaz dans l'eau". Malgré les mises en garde des filles, les gars font comme si de rien n'était. Nous eussions pu exploser. A leur décharge, l'odeur de l'oeuf ayant pourri sans rien dire dans le placard (et non celle du confit de canard, injustement accusé) masquait probablement l'odeur de gaz.

 

Et pour finir, un peu d'adrénaline

Retour des Saintes a priori tranquille, peu de vent. 

Pas moyen de passer cette foutue pointe de Capesterre, le vent est contraire et le moteur de droite, le seul qui fonctionne, ne fait que nous pousser vers la côte.

J'insiste lourdement pour qu'on vire, la caille n'est pas loin, le jour baisse, un voilier nous talonne et le temps est menaçant.

 

P1140415.JPG

 

 

Je prends la barré, "Paré à virer ?... On envoie". C'est parti, je dois éviter le voilier et les casiers de pêcheurs. Une luminosité jaune étonnante ne me dit rien qui vaille. Et le grain nous tombe dessus, prise de riz.... et une touche à la traîne. Surexcitation générale dans le grain, et je manque de chier dans mon froc (pardonnez-moi) de frayeurs mêlées.

 

P1140419.JPG

 

 

Tout s'arrange, le poisson est mis au frais, un riz pris, un cap plus raisonnable aussi. Nous n'aurons plus qu' à virer une fois, pour arriver assez tranquillement au port. Je suis quand même assez tendue à l'idée d'accrocher une bouée, et cette andouille de Rémi qui voulait se faire tirer derrière le bateau sur la planche de paddle. "Ahhh, un voilier là pas loin, je vois son feu de mât. Euh non en fait c'est juste un avion" . J'accepte de bon coeur les railleraies de mes petits camarades.

 

Et nous vla à la Marina, apontage quasi pro, excepté peut-être au moment ou François a fait plouf dans le bouillon (voir plus haut). Fous-rires rentrés, il est furax.

 

 

Le mot de la fin sera pour Mimiche et Thierry : "On nous avait promis une croisière tranquille".

commentaires

C
voilà de vraies vacances : ce qui compte ce sont les souvenirs et là, je crois que ce sera réussi !!!
bises
Répondre
C


Voui. Deux mois après ce qui me reste, ce sont les ennuis électriques.