2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 20:41
Alors on sort

20 mars - J6

 

Première sortie ravitaillement. J'ai toute la panoplie : attestation, gants de caoutchouc noirs et bandana sur le nez, comme les bandits dans les westerns (la ferme Averel).

 

Je trouve pratiquement tout dans la petite boutique Olivia'grumes, pas la peine de s'agglutiner au supermarché. Et comme ça je papote 10 minutes avec mon amie Aude, qui y vend des fruits zé légumes.

 

Pour l'instant, tout va bien

 

 

14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 00:52
Pierres qui roulent

19 mars - J5

 

Il était temps de sortir de la zone de confort.

 

Ce matin : exploration de mon proche environnement, avec remontée de la Rose 🌹 

Ce n'est pas peu de chose, la rivière qui coule en bas de chez moi.

Revenue ensuite par un raidillon forestier, qui m'a menée auprès des rûches de Yann.

 

Tout roule ! Tout coule.

14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 00:47
T'as été à Tahiti...

18 mars - J4

 

Pas si facile de canaliser sa liberté. Les vieux réflexes ont la peau dure : faire, faire...

 

Ceci dit, j'ai passé un certain temps dans le hamac, à me perdre avec Bernard Moitessier dans l'archipel des Tuamotu. Au moment de sa vie où il se fixe un moment avec femme et petit enfant.

Il cosntruit son faré et dompte un peu les éléments. 

14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 00:39
Siyé, siyé, égoin-la kasé

17 mars - J3

 

Les choses se mettent en place. Swan reste à Evry, il a le moral.

Jeanne à Londres c'est moyen, les british ne confinent pas (encore ?).

Michèle s'est installée à Orvilliers et Marie est descendue dans le midi (le miidiii), tout près de la mer.

 

Et moi je m'échine sur ma calebasse, je dois trouver un moyen plus rapide de la scier.

8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 22:20
Prendre de la hauteur

16 mars - J2

 

Peu de visibilité pour le proche avenir, mais très belle visibilité depuis mon morne.

A 5 minutes à pied de ma case, je domine le Petit Cul-de-sac Marin, et aujourd'hui Désirade et Petite Terre sont nettement là (réflexion faite, ce n'est pas Petite Terre mais la Pointe des Châteaux.

 

J'essaie d'éteindre le petit feu d'anxiété qui démarre en moi : faut-il ou pas faire revenir Swan au pays

Et sera-ce possible ?

 

8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 22:09
Soleil d'huile et mer de plomb

15 mars 2020 - J1

 

J'ai décidé d'aller en plein air, sur mon anse préférée - Colas.

 

Je pensais être seule, mais les gars sont à la cabane de pêche, reggae à fond c'est plutôt sympa. Un couple arrive avec un kayak. Je barbouille un peu sous le soleil de plomb.

 

L'îlet Pigeon n'a pas bougé.

9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 23:59
Parlons retraites, parlons chiffons

Parlons retraites, parlons chiffons

Je ne suis pas sexiste, d'ailleurs je connais quelques femmes.

Rendez-vous était pris de bon matin, place de l'Hôtel de Ville. Temps radieux. Syndicalistes arborant de belles couleurs. Après les discours d'usage, il est temps de défiler !

Es ou paré ?

Es ou paré ?

Un petit faible pour Force Ouvrière, je squatte leur formation :-)

Un petit faible pour Force Ouvrière, je squatte leur formation :-)

Des tee-shirts aux couleurs syndicales, soit, mais chacun peut y mettre sa touche. Pour mon plus grand bonheur, le wax est là.

Sur la tête

Sur la tête

Rien à envier à Néfertiti

Rien à envier à Néfertiti

Tra-va-yé, an-lari la
Les oreilles aussi envoient des messages

Les oreilles aussi envoient des messages

J'essaie de me recentrer sur le sujet du jour, les retraites et tout le reste. Tout a été dit ou presque. Attendons que le gouvernement expose son plan innacceptable, puis manifestons à nouveau.

Premier prix du slogan à double tranchant

Premier prix du slogan à double tranchant

En allant faire un tour sur wikipedia, je suis tombée sur la liste des grandes manifs depuis la Révolution française (elle était maousse celle-là). Avec nombres de participants et résultats obtenus. En moyenne, ça peut marcher de descendre dans la rue.

Premier prix du slogan pétillant

Premier prix du slogan pétillant

Tra-va-yé, an-lari la

Nous (1 000 ? 2 000 ? personnes) avançons sous le soleil exactement, et dans la plus grande décontraction. 

C'est pas nous m'sieur l'agent !

C'est pas nous m'sieur l'agent !

C'est qu'il a du spectacle

C'est qu'il a du spectacle

Le défilé passe rue Frébault, une des rues les plus commerçantes. Alors je me suis un peu déconcentrée.

Du wax

Du wax

Mais pas seulement

Mais pas seulement

Jusqu'où va-t-il se nicher ?

Jusqu'où va-t-il se nicher ?

Là où on est contents de ne pas être dans une grande ville, c'est que la présence policière est, comment dire, réduite. Mes deux sbirettes ont tant bien que mal réussi à dénombrer 6 représentants de la force de l'ordre. 

C'est nous les sbirettes, et on veut nos retraites !

C'est nous les sbirettes, et on veut nos retraites !

12 octobre 2019 6 12 /10 /octobre /2019 21:01
Mimizanzibar

Copyright Monsieur Paul qui m'a soufflé ce raccourci entre Mimizan et Zanzibar.

 

Zanzibar évoque pour moi une contrée lointaine et insulaire, où il fait peut-être mieux vivre que sur le continent.

 

Mimizan où je passai (simple) un week-end avec veau vache cochon et couvée. Où plutôt Ludo, Elsa, Clio et Loïc, ces trois derniers étant un peu comme une nouvelle famille. 

Mimizanzibar

Une fois n'est pas coutume, je vous montre leurs mignons minois.

Mimizanzibar

Ces deux jours furent pour moi comme un voyage vers la nouveauté de Zanzibar. Vivre dans une caravane en bordure de forêt. Allez (essayer) de se baigner dans les énormes vagues de l'atlantique. Boire des canons et rigoler comme si on se connaissait depuis toujours. Prendre un cours de boxe anglaise dans la pinède ensoleillée. Barboter dans le lac de Léon en regardant un cheval se rouler dans l'eau.

 

Merci la famille

Mimizanzibar
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 22:51
Ne vous embranchez pas dans le doctorat, m'a un jour dit Madame Irma

Magie du rangement. J'exhume une copie double petit format, perforée, à grands carreaux, d'un joli jaune pisseux. Une rédaction de classe de 5ème, datée du 8 mars (par déduction, 8 mars 1971).

Ecrite de ma main, surement encore potelée à 12 ans !

----------------

"Un jeudi soir, ma soeur se déguisa en Gitane. Elle se farda et s'enrubana le visage d'un foulard rouge sang. Elle me tira les cartes, lut les liges de ma main et observa sa boule de cristal qui n'était autre qu'un ballon posé sur un petit support de bois.

 

Elle avait confectionné un petit panneau de carton où étaient rédigés les mots : Irma Fatima, la voyante qui vous prédit l'avenir pour pas cher (le prix n'était pas mentionné).

 

J'arrivai, m'installai, et lui demandai quel métier , à son avis, je devrais pratiquer "quand je serai grande". Elle me répondit d'un ton solennel :

 

"Tendez votre main gauche. Je vois... une petite lige qui montre que vous n'aimez pas voir souffrir les personnes qui vous entourent [là la prof devait commencer à se lasser : Tout ce passage est amusant. Mais trop long]. Vous vous efforcez de soulager votre entourage par des paroles réconfortantes et par des petits soins. J'en déduis que votre vocation est la médecine. C'est un métier honorable, bien payé mais les études sont longues : sept ou huit ans si vous ne redoublez pas de classe. Mais la pensée de soigner et... qui sait de sauver des personnes ne vous emplit pas d'une intense satisfaction ? "[Quelle fayote je faisais].

 

"Ce métier vous prendra beaucoup de temps et vous devrez vous lever tôt (chose abominable pour moi). Vous serez peut-être appelée pour une urgence au beau milieu d'un repas, de la nuit, ou d'une soirée tranquille...!!!"

 

"Si vous êtes impressionnable, ne vous embranchez pas dans le doctorat [lol + !]. Je lui réponds que je n'aime pas spécialement me trouver en face de sang, mais, de là à me trouver mal à sa vue..."

 

Elle reprit : J"e vois dans ma boule que vous êtes persévérante et vous ne vous découragez jamais (ou presque). Ce don vous sera utile dans vos études... La visite est terminée, vous me devez cent francs."

 

C'est difficile de s'orienter dans un métier sur un simple conseil de sa soeur.

 

C'est notre avenir qui est décidé quand on commence ses études et il faut bien réfléchir [Quelque peu excessif écrit la dame]. Et... réflexion faite, j'ai encore le temps."

 

Résultat : 11/20. Vous avez présenté ce devoir d'une manière originale. Il y a de bonnes idées. Quelques exagérations. La conclusion est hâtive et manque un peu de clarté.

----------------

Damned, j'ai été démasquée.

1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 00:12
Sans sachet SVP

Je ne sais pas pourquoi, les vendeuses de pain (et gâteaux) de Baguet Shop à Colin ne sont en moyenne pas très sympas. Moi j'aurais voulu le sourire de la boulangère, à défaut de celui de la crémière !

 

Là où ça devient vraiment rigolo, c'est quand je leur demande de me servir le pain comme ça. Depuis peu, j'ai décidé de refuser que mon bâtard multi-céréales soit glissé dans un sac papier, voire même (bon dyé sénièr) un sac en plastique. Donc siouplé, vous me le remettez en mains propres, même si je ne me les suis pas lavées.

 

La première fois, ce fut l'incompréhension. il n'était pas envisageable dans les circonvolutions cérébrales de Géraldine (admettons que la boulangère s'appelle Géraldine, ça humanisera le propos), qu'un pain fût servi en tenue d'Adam.

 

La seconde fois, Géraldine ne demanda pas d'explications, mais ses yeux manquèrent de rouler hors de leurs orbites, ce qui aurait fait désordre dans l'étal de gâteaux.

 

La troisième fois, ce n'était pas Géraldine à Colin, mais Marie-Séraphine à Rivière-Sens, pas plus tard que tout-à-l'heure. Il faut dire qu'en sortant d'une réunion à Basse-Terre, j'ai pris le chemin des écoliers, et j'ai fait un crochet par la marina de Rivière-Sens, pour deux raisons : j'avais envie de boire un café au lait face à la mer, et on m'y avait indiqué une bonne boulangerie. Vous voyez où je veux en venir.

 

Marie-Séraphine quand je lui demandai de renoncer à l'idée du sachet, eut l'air bien embêtée. "Mais si le patron voit que je fais ça, il ne sera pas content".

 

A quoi ça tient le désastre écologique auquel nous sommes confrontés !