29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 20:33
Valleuses et autres merveilles

Entre Étretat et Fécamp

A  deux pas des pâtures

A une tire d'aile de la falaise de craie  

J'ai trouvé des trésors

Amitié retrouvée intacte

Amitié nouvelle

Chasse aux mures

Murs quadrillés de briques et de silex

Plans sur la comète engrangée

 

27 août 2018 1 27 /08 /août /2018 22:16
Chaque jour une nouvelle vie

Chance, j'enchaîne des livres chouettes.

Deux sont sur trame de recettes de cuisine :

- un polar qui se passe en Afrique du Sud avec plein de mots en Afrikaans*,

- un roman d'espionnage pendant la deuxième guerre mondiale**.

Le troisième*** commence par "La meilleure façon de ne pas rater sa vie, c'est de la refaire tout le temps".

Chaque jour une nouvelle vie

C'est un peu ce que dit l'ami Boileau (j'ai voulu l'inviter sur facebook, n'a pas répondu) :

 

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, (pas question de le perdre celui-là)

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, (un peu comme Pénélope)

Polissez-le sans cesse, et le repolissez, (même si certains manquent de politesse)

Ajoutez quelquefois, et souvent effacez (oui, bonne idée d'effacer)

 

 

Chaque jour une nouvelle vie

J'aime cette idée de recommencements (choisis ou subis), de virages (plus ou moins bien négociés), d'exigences folles (mais ne pas demander serait folie). 

Chaque jour une nouvelle vie

* Recettes d'amour et de meurtre, une enquête de tannie Maria, de Sally Andrew

** On n'a pas toujours du caviar, de Johannes Mario Simmel

*** L'arracheuse de dents, de Franz-Olivier Gisbert

 

Chaque jour une nouvelle vie

Post-scriptum. Évènement extraordinaire ce matin. Ma tartine pain beurre confiture d'abricots m'a échappée, elle est tombée du bon côté. Deux questions à vous mes amis : qu'est-ce que le bon côté ? Et comment interpréter ce signe des cieux ?

 

27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 00:51
Faux-semblants, deuxième épisode

La fin d'après-midi s'annonçait plutôt laborieuse. Dans le sens noble du terme, le labeur en question étant culinaire.

 

Double objectif : préparer un genre de truc au boeuf, curcuma, gingembre, cive, herbe à fer, avec des pâtes passque quand même les féculents il en faut. Et sortir le matos pour stériliser un chili con carne, préparé par l'amie Fred.

 

Déjà j'étais un peu lasse comme on dit, ayant bossé comme un âne toute la sainte journée (les ânes travaillent-ils ? Et qu'est-ce qui fait qu'une journée est sainte ?). Ensuite je pète la lampe vissée à la bouteille de gaz en voulant la remplacer par le réchaud. 

 

Alors pour me requinquer, j'attrape dans le frigo de mon voisin du haut - chez qui j'avais été chiper le fameux réchaud à gaz - or donc j'attrape une bière bien fraîche. Malgré ma résolution de ne consommer de l'alcool qu'en cas d'extrême urgence. En était-ce une ? Je ne le jurerais pas.

 

Tiens, une Bavaria, ça me changera des Carib ou autres Lézarde.

 

Je commence à couper les cives en mille morceaux, et je décapsule l'objet du délit. Je me fais un shoot avec la première gorgée de bière...

 

HAAAAAAAAAAARG

 

Le goût est bizarre. Han, y'a marqué 0,00% sur l'étiquette. C'est de la bière sans alcool.

 

Allez, je vais peut-être y voir un signe, et tenter de tenir ma résolution.

 

 

27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 00:25
La Havane, 2004

La Havane, 2004

Dimanche matin, je n'ai croisé ni le roi ni l'empereur et encore moins le petit prince.

 

J'ai par contre croisé sur la route de la Lézarde un monsieur à fière allure. Jolie chemise à carreaux, pantalon de toile, et une improbable cravate dans les tons de jaune. Il portait à la main un joli rameau. 

 

Comme j'étais en voiture et lui à pied, l'apparition fut brève, et mon cerveau me fit un retour d'information rapide : "Ce monsieur va sans doute rendre visite à une personne chère à son coeur". Et j'en fus toute émue.

 

Quelques secondes plus tard, toujours le même cerveau (il faudrait savoir tout de même) répliqua en un éclair : "Mais non ! Le rameau dans sa main est un Cycas, justement le rameau que les catholiques pratiquants utilisent à la place des rameaux de buis, vu que le buis que nenni par ici. Alors ce monsieur va tout simplement à la messe". Et je fus toute réjouie de voir la gentillesse et la simplicité sur le visage de cette homme.

 

Comme c'était le dimanche des Rameaux, tout cela était cohérent et je crus mon cerveau numéro 2.

12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 23:47
Pourtant c'était dimanche

C'était même hier. 

Je peux difficilement m'empêcher de photographier le nom des bateaux.

Ils en font exprès aussi d'avoir d'aussi jolies couleurs et caractères évocateurs.

Pourtant c'était dimanche

Ce n'est pas le sujet, mais l'histoire débute dans un port. Ces messieurs préparent le lancer de leur petit épervier. Souples !

Pix Pierre-Yves Pascal

Pix Pierre-Yves Pascal

C'était le sujet. Aller chercher les cétacés (c'est pas assez ?) au large de Deshaies. Sur l'image, c'est le petit bout de la queue d'un cachalot mâle. Le premier mâle de l'année vous vous rendez compte ? Les femelles restent toute l'année, les mâles migrent.

Pourtant c'était dimanche

Ils peuvent témoigner.

Pourtant c'était dimanche

Et ensuite, le soleil s'est couché.

Pourtant c'était dimanche

Sé sa mèm !

20 février 2018 2 20 /02 /février /2018 17:45
Kout zyé asi 50/50

Moment de couleur, bleu, noir et or.

 

Mardi dernier

Mardi-Gras

A la Pointe encore une fois

Akiyo nou mélé

Bons princes ils nous ont acceptés

2-3000 bleus à débouler !

Bleu de travail, casque et frontale

Sur les quais, Victoire, Carénage !

Math, Cath, So et Maroon

Sé zingrédyen-la sé bon bon bon

 

 

Pix Nina Brf

17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 17:42
Je n'ai pas que ça à  faire

Je pars m'aérer. Comme souvent, à Viard. Pas loin, la mer, la mangrove, le vent, les oiseaux. Pfff une voiture est arrêtée au beau mitan de la petite route. C'est que je n'ai pas que ça à faire moi ! 

Elle repart, et je jette un oeil là où elle était arrêtée, au niveau d'une petite ravine. Un peu cracra mais bien sympa avec ses zones humides et ses pâtures à l'arrière plan. 

Hein que vois-je ?

 

Une, non deux tortues de terre, prenant le soleil de fin d'après-midi sur la petite berge argileuse. Je pourrais faire une photo mais je préfère juste garder l'image dans la tête. Au final, je sors à toute vitesse mon carnet à dessin pour croquer vite fait au crayon papier les deux molokoïs.

 

Je repars (c'est que je n'ai pas que ça à faire : j'ai prévu de marcher sur la plage). Mais je n'y tiens pas et fais demi-tour. L'image était trop belle, et je décide de me lancer dans une aquarelle complète : au fond un bel arbre, dans l'axe une vache rousse et un vache blanche, et juste en dessous, les tortues qui sont maintenant au nombre de trois.

 

Une femme passe et je lui fais signe de regarder. Elle s'extasie. Pour un autre animal que je n'avais pas vu, un petit héron vert, autrement appelé kio. Chacune voit midi à sa porte. Nous sommes ravies toutes les deux.

Finalement, je n'avais que ça à faire.

14 février 2018 3 14 /02 /février /2018 23:34
Fromager dessert

Certaines journées apportent leurs lots de petits bonheurs.

 

Tout avait commencé avec Mademoiselle M, qui souhaitait aller passer en ma compagnie de l'eau et des pigments sur des feuilles de papier. Plaisir simple du barbouillage.

Fromager dessert

Une mise en condition s'imposait, avec trempage des corps dans l'eau chaude de la ravine Thomas. Se faire griller les petons sur une roche brulante contribua en partie à notre bonheur.

Fromager dessert

Après avoir bifurqué sciemment sur une route inconnue en direction du centre Selbonne, nous nous aventurâmes (et conscience) dans des chemins mal pavés, pentus, mais très bien famés : de belles petites cases modestes, comme on les aime. Quand soudain ! Un fromager nous fit signe de nous arrêter. Ce que nous fîmes derechef, n'écoutant que notre bon plaisir.

Fromager dessert

Le bougre ne manquait pas de piquants.

Fromager dessert

Ni de perspective.

Fromager dessert

Nous posâmes donc nos deux augustes popotins à l'ombre du fromager, le regarder fixé sur la ligne bleue des Vosges Mamelles. Ou autres monts, je ne suis pas très sure.

Fromager dessert

Petite digression tant que j'ai le micro. Etonnante cette roche. La pierre angulaire ? Quoi qu'il en soit, mademoiselle M et moi sortîmes notre attirail de parfaites peintres du mardi. Comme d'habitude, nous pestâmes contre le paysage qui change tout le temps de couleurs, contre la petit pluie qui nous interrompt au mauvais moment, et contre les fourmis dans les jambes. 

Fromager dessert

Et pour couronner le tout, nous nous sommes tapées un Magnum double caramel en redescendant, attablées face aux îlets Pigeon. Fromager dessert !

13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 12:39
Carnavagues

Van la ka souflé

Vag la ka lévé

Salabwèl au déboulé

Promesse du matin

La rose du Brésil ramassée n'aura qu'un temps

Et ce temps je le prends

9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 23:22
Vous avez dit sparring ?

Hier soir j'ai fait un truc pour la première fois. Sortie de la zone de confort. Sparring au kick-boxing. Il s'agit de se battre vraiment, même si le costaud en face de vous adapte ses coups et évite de faire mal aux petites choses telles que moi.

Ils ne font presque pas semblant

Ils ne font presque pas semblant

Hé bien un bon petit coup d'adrénaline ne fait pas de mal. Ni bleu ni bosse en tous cas. Merci à Guillaume, Samuel et Christophe de n'avoir pas ménagé leur peine. Et à Christine, Xavier et Stéphane de nous avoir coachés.

Certains évitent le ring

Certains évitent le ring

Les photos datent en fait de l'été dernier, avec les petits combats de fin d'année au club.

Conseils avisés

Conseils avisés

Tendre combat

Tendre combat

Sourire irrésistible

Sourire irrésistible

KO technique

KO technique

Les coaches

Les coaches

Baisse pas ta garde !

Baisse pas ta garde !

Et la team tout sourire !

Et la team tout sourire !