21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 18:32

2078394069_small_1.jpg

 

Autant vous le dire tout de suite, je suis d'une humeur de chien. C'est même bien pire que ça. Je ressens un profond dégoût. J'ai une boule dans la gorge. Une espèce de poison s'instille et s'installe dans mon coeur. Au point où j'en suis, j'ai envie d'appeler ma mère et pleurer doucement dans son giron.

Il est normal que ce blog serve aussi à ça, à recueillir mon fiel, et pas seulement le miel de mes fantaisies.

 

Je ne pouvais pas appeler mon chéri, il est à 7 000 kilomètres.

Je n'allais pas appeler mon fils, il est déjà colère qu'on n'ait pas repris l'abonnement à Canal Plus (il va rater la finale de la coupe machin chose demain).

J'aurais pu appeler ma soeur mais comme elle est vachement heureuse ne ce moment, ça aurait été bête de la refroidir.

 

Alors je m'adresse à qui veut m'entendre.

 

FAIT CHIER L'AUT CON

 

Ah, ça va déjà un peu mieux (mais j'ai  pris il y a cinq minutes deux petites pilules rouges d'Euphytose).

 

Savoir pourquoi il me fait chier n'a que peu d'intérêt. Quand même il me fait chier depuis longtemps. J'ai décidé à plusieurs reprises de ne plus entretenir aucune relation avec lui. Son agressivité envers moi est très forte, et il finit par me faire douter. Ce n'est pas sexuel, c'est plutôt idéologique.

 

Bon, je vais essayer de penser à autre chose. En plus j'ai des tas de sujets en retard : les chutes du Niagara, les flics qui nous arrêtent sur une autoroute du New Jersey, les comptages d'iguanes à Petite-Terre. Tout plein je vous dis.

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:50

DSCN2164.JPG

 

Il m'est arrivé quelque chose d'incroyable ce matin. Après avoir participé à une réunion visant à favoriser le dialogue autour du projet de réintroduction des lamantins dans le grand Cul-de-sac marin (rassurez-vous, là n'est pas le sujet), et voulant profiter de mon déplacement en voiture pour limiter mon empreinte écologique (atchoum), j'ai poussé jusqu'à la mairie des Abymes.

 

Les Abymes mais pourquoi ? Parce que mes enfants y sont nés, par conséquent c'est là que je dois m'adresser pour obtenir des papiers d'état-civil.

 

Je m'étais préparée psychologiquement. Quelques minutes de respiration abdominale avant de pénétrer sur les lieux, trois bouquins dans mon sac pour patienter, et un gros sandwich au cas où. Première étape : trouver le distributeur de tickets verts. Le numéro 61 m'est attribué. Deuxième étape, trouver une place assise. Je m'installe du mieux que je peux. Je photographie un joli vieux couple plein de couleurs.

 

Et c'est là que l'incroyable se produisit. Après seulement 4 minutes d'attente, un monsieur derrière un guichet m'appela, tapota 12 secondes sur sa machine, et sortit de son imprimante 6 feuillets correspondant à mon attente. Il les fit passer à sa voisine, en me demandant de me rassoir. Ce que je fis, en échangeant quelques banalités sympathiques avec ma voisine. Dénouement absolument inattendu, quelques minutes plus tard, une fonctionnaire avenante me signa, tamponna, contre-tamponna les 6 feuillets, avec le sourire. Et ne me demanda pas de repasser un autre jour pour les récupérer.

 

Je reste totalement athée, mais je commence à croire en l'administration.

26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:19

DSCN2148.JPG

 

Paradise, un lieu-dit en Basse-Terre, pas loin des chutes du Carbet.

 

Après environ 8 516 jours passés ici (valeur non corrigée des variations saisonnières), je ne connaissais pas ce morceau de paradis.

 

DSCN2153.JPG

 

Mode d'emploi. Vous mettez dans votre voiture des garçons qui le veulent bien, et votre fille cachée Abidji. Cap sur Saint-Sauveur, route de l'Habituée, arrêt dans le virage après Grand-Etang. Quinze minutes de marche dans le lit de la rivière, sens Paris-Soufrière. Attention aux pierres glissantes, ça fait très très mal au tibia gauche.

 

DSCN2134.JPG

 

Terminus : deux bassins chauds (l'un à 37, l'autre à 39, dixit mon thermomètre intégré), un bassin froid sous une coulisse. Possibilité d'alterner le chaud et le froid. De rêvasser sous les frondaisons. D'être un corps heureux.

 

DSCN2162.JPG

 

Et à la redescente sur terre, de se taper un bon petit jus local préparé par le rasta du coin.

22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 18:34

DSCN1404.JPG

Montserrat, 2 avril 2010

 

En consultant les statistiques de mon blog (ah vanité quand tu nous tiens), j'ai constaté que la fréquentation avait augmenté de façon importante : pas moins de 121 pages vues cette semaine. Poussée par la curiosité, j'investiguai un peu plus avant (eh tu pourrais pas causer français des fois ?), pour voir l'origine des internautes.

 

Ah ! La moitié issue des moteurs de recherche, avec les requêtes suivantes pour cette dernière semaine :

 

nuage de cendres sur paris

ou se situe le nuage de cendres

étendue du nuage de cendres

ou est le nuage de cendres

nuage de cendres comment est-il fait

 

etc...

 

Et monsieur Google les a envoyés ici. Rappelez-vous, il y a deux mois, le même phénomène s'est produit à Montserrat, tout près de la Guadeloupe, entraînant la fermeture de l'espace aérien pendant trois jours. J'en avais fait deux articles sur ce blog.

 

Alors un grand merci à Eyjafjöll pour l'audience apportée. J'espère ne pas avoir trop déçu les internautes en quête d'informations. Sans vouloir inquiéter les lecteurs, une petite précision : Monstserrat a commencé sa série d'éruptions il y a 15 (quinze) ans, et émet régulièrement de gros nuages de cendres qui montent jusqu'à 10 ou 15 000 mètres d'altitude. L'épisode de l'Europe du nord n'est peut-être que le premier de la série ! A quand la saison 2 ?

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 18:48

DSCN1565.JPG

 

J'avais emporté un paquet de bouquins pour les vacances, et ô merveille, je les ai lus.

Comment les ai-je choisis ? Au hasard le plus complet : apporté celui en cours, acheté 2 chez le marchand de journaux de l'aéroport, chipé un à Meuwy. Alors voyons voir, ça nous fait :

 

Mille soleils splendides de Khaled Hosseini

C'est l'auteur des Cerfs-volants de Kaboul. Roman qui démarre peu avant l'invasion de l'Afghanistan par les soviétiques, et qui se termine après le 11-Septembre. Vu depuis deux femmes afghannes, au destin ordinaire et tragique.

 

Windows on the world de Frederic Begbeider

J'ai une certaine tendresse pour cet écrivain, qui se dévoile beaucoup dans ce bouquin, et aussi dans Un roman français. Alternance de chapitres de sa vie, et de la vie d'un gars qui a eu l'étrange idée d'emmener ses deux fils prendre le petit déjeûner au resto de la Twin tower Nord, le matin du 11-Septembre.

 

Douze de Nick McDonell

Roman écrit par un jeune de 17 ans. Vie et décadence des jeunes bourgeois New-Yorkais désoeuvrés. Vu sous l'angle de white Jack, un jeune dealer hors norme. Il ne consomme pas et essaye de préserver ceux qui peuvent l'être. Des airs d'autobiographie. On reconnaît des rues, des magasins, des ambiances de NYC.

 

Saga de Tonino Benacquista

J'en profite pour faire la promo de Malavita et du Serrurier volant. Ce Benacquista là fait aussi de la BD (L'ultra-mangeur). Saga, c'est l'histoire d'une chaîne télé qui passe un contrat avec des scénaristes ultra-loosers, pour qu'ils écrivent une série télé. Peu importe ce qu'ils écrivent, c'est pour atteindre les quotas de production française, et c'est programmé à 2 heures du mat. On s'en doute un peu au départ, la série finit par avoir du succès. Deux des auteurs terminent comme consultants aux Nations-Unies à Manhattan (le bâtiment est juste devant ce p... de tunnel qu'on a loupé pour rejoindre l'hôtel de Brooklyn) : ils sont chargés de fournir des scénarios à l'ONU, qui manque dramatiquement d'imagination.

 

Voilà. Bizarre que tous ces livres m'aient ramenée à chaque fois à l'endroit où je me trouvais.

20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 17:42

DSCN1599.JPG

 

Suite de la visite guidée dans ce qu'il est convenu d'appeler la grosse pomme (je ne vois pas pourquoi d'ailleurs).

Nous avons beaucoup utilisé le métro à New york. J'ai la chance (entre autres) d'avoir une nièce qui répond au doux nom de Marie (Meuwy), et qui excelle dans l'art de déchiffer les plans de métro écrits en tout petit.

 

Ce n'est pas extrêmement simple de s'y retrouver dans ces boyaux : sur une même voie, les rames peuvent aller dans des directions différentes, et s'arrêter ou pas à toutes les stations. Alors il faut lire beaucoup de choses avant de monter dans un wagon.

 

DSCN1641.JPG 

Concentration maximum.

 

Une fois aiguillés, il n'y a plus qu'à se laisser bercer et réchauffer (froid de gueux début avril). Le spectacle est dans la rame.

 

DSCN1645.JPG

Léger coup de fatigue en fin de soirée.

 

 

DSCN1648.JPG

 Où l'on aperçoit également l'auteur de ces lignes (une fois n'est pas coutume).

 

DSCN1646.JPG

 Un peu d'art urbain ne nuit pas.

 

DSCN1643.JPG

Allez, on rentre à l'apart de la 59ème, hyper-chauffé, et en connection directe avec le bar gay du rez-de-chaussée (dommage, je n'ai pas eu l'autorisation d'aller voir les gogo-dancers).

14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 22:34

DSCN1713

 

Face ou profil ? Un petit morceau de Picasso.

 

C'est connu, New York est plein de musées en tous genres. Ce qui est également assez répandu, c'est l'aversion instinctive des enfants pour aller voir de l'art en conserve. Nous avons pu transiger : un musée d'histoire naturelle pour tout le monde (où il fut question de la vie des esturgeons dans le lac Ontario, un morceau d'anthologie filmé en 42 D, ça m'a filé la nausée),  et un musée d'art moderne pour les autres.

 

DSCN1527

 

Le dino sous sa lampe à UV.

 

DSCN1523

 

Illusion optique de Lynx.

 

Les animaux empaillés sont mis en décors, liés à un genre de fondu-enchaîné peint. C'est beaucoup mieux que tout ce que j'ai vu à la Grande Galerie de l'Evolution du Jardin des Plantes.

 

DSCN1511

 

Paquet de nonos fossilisés et reconstitués, ça m'a tout l'air d'être un T. rex.

 

DSCN1689

 

Là j'en vois un assez intéressé par l'arrête du mur.

 

DSCN1695

 

Je crois me rappeler que c'est une étude pour les Demoiselles d'Avignon (tableau que je n'aime pas).

 

DSCN1709

 

Guili guili (Picasso encore).

 

DSCN1687

 

Papier hallu (cinant).

 

DSCN1702

 

Et toujours l'ami Pablo.

 

DSCN1712

 

On termine sur une note joyeuse ! Ouvrons les yeux... 

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 15:56

DSCN1437.JPG

 

On dirait que les New-Yorkais aiment les animaux de compagnie (d'où le jeu de mots douteux du titre). Pas n'importe lesquels : de race, bien élevés (jamais entendu aboyer ni vu déféquer un chien), et assortis au maître (comme dans les 101 dalmatiens).

 

Dans un jardin public de Greenwich Village, j'ai vu (de mes yeux vu) un square à chiens : un enclos, ou les mamans et les papas sont assis sur des bancs, et regardent d'un oeil attendri jouer leur presque progéniture. Le plus incroyable, c'est que les chiens jouent entre eux sans s'énerver (pas comme les gosses).

 

DSCN1824.JPG

 

Je sens le pâté ou quoi ?

 

 

DSCN1715.JPG

 

La vie en roses (ectoplasmes de Martine et Ségolène ?).

 

 

DSCN1925.JPG

 

 Il a pris 10 grammes depuis le mois dernier, ça me fait du souci.

 

 

DSCN1792.JPG

 

Ah ça me gratte, elle pourrait m'attendre.

 

 

DSCN1524.JPG

 

Reste tranquille Titi, on a bientôt fini la visite.

 

 

DSCN1879.JPG

 

You know what ? Ouaf guys.

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 17:22

Manhattan 

 

 Moi je kiffe le skyline de Manhattan...

 

En 2 mots 4 paroles, il faut que je vous dise quelque chose d'assez peu original : je reviens de 2 semaines de vacances en famille, dans la contrée des M & Ms, des gratte-ciels dans les tons gris, bleu, rose, des gens qui ne vous regardent pas de travers quand vous l'êtes (de travers), des homards qui se suicident dans votre assiette, et des cascades qui rendent l'atmosphère délicieusement glaciale alentour.

 

Circuit = New-York City, Boston, Ithaca (là, vous allez devoir chercher où c'est) et Niagara Falls (la chance des mouettes qui volent au-dessus sans risquer de tomber dedans).

 

Je vous épargnerai un long récit chronologique, et ne retiendrai que quelques flashes, qui seront distillés au fur et à mesure, telles de petites bulles babillardes.

 

Premier évenement notable de ce voyage : j'ai réussi à ce que mon cher et tendre n'emporte pas son ordinateur. Pour la forme, il s'en est plaint chaque jour avec une mauvaise foi adorable.

 

A bientôt pour la suite du voyage, qui traitera peut-être des chiens-chiens à leur mémère, pépère etc...

 

Montserrat

 

Et pour illustrer un peu quand même, le survol de Montserrat au départ.

On devine la coulée qui agrandit l'île, et la fumerolle entraînée par le vent.

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 18:45
lurel3.jpg

Ici en Guadeloupe, comme partout ailleurs en France, on a voté dimanche.
C'est Victorin Lurel, alias Toto, qui a été réélu (belle prestance vous ne trouvez pas ?).

Jusque là, rien de dramatique.

Mais comme nulle part en France, il a été élu au premier tour avec la majorité ab-so-lue.
Et alors ?

Comme vous le savez peut-être, les scrutins se déroulent dans les écoles. Des tas de gens pleins de microbes défilent à cette occasion dans les classes de nos chères têtes brunes, blondes, chabines... et l'académie dit qu'il faut désinfecter après tout ce brassage. Donc on désinfecte le lundi (toute la journée, c'est plus prudent).

Ah ah, mais alors y'a pas école lundi maman ? Non chéri, tu iras chez JP, au centre aéré (youpi, JP c'est un as, tous les enfants y courent).

Et c'est là qu'on voit toute l'étendue de la catastrophe électorale. Il n'y aura pas de second tour en Guadeloupe. Donc pas de désinfection lundi prochain. Donc école.

Merci Toto, la prochaine fois, essaye d'être élu au 2ème tour.