27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 19:18
Vous avez sans doute entendu parler dans les médias nationaux du problème du chlordécone, un pesticide qui nous empoisonne, nous et nos voisins martiniquais. Alors évidemment vous me direz que tous les pesticides sont empoisonnants, notamment les organochlorés (dont fait partie le chlordécone), alors pourquoi tout ce tapage ? Et pourquoi seulement en Guadeloupe/Martinique et pas dans les autres îles du coin ?

Eh bien il se trouve que le Curlone (c'était son nom commercial, car il était utilisé pour lutter contre un Curculionidae : le charançon du bananier) était vraiment un TRES bon produit, ou plutôt un très mauvais produit, puisqu'il était vanté par les marchands de perlinpinpin pour sa rémanence dans le sol, donc pour une efficacité durable contre la petite bête (c'est elle) :


Cosmopolites.jpg

Moi j'en ai bouffé du chlordécone, est-ce que j'en fais un drame ?


Cette molécule a la propriété de se dégrader beaucoup plus lentement que ses collègues dans les sols. Tant et si bien que mes collègues à moi ont modélisé l'affaire, et nous annoncent que si tout se passe bien, on reviendra à des taux de chlordécone acceptables dans les sols, dans quelques centaines d'années. Cela relativie évidemment nos petits problèmes existentiels.

Alors comme la molécule est dans les sols, elle passe aussi dans les rivières (et leurs habitants), et dans la mer (les poissons !), et tout partout finalement. Une chose est sure, nous en avons tous consommé peu ou prou entre les années 75 et nos jours.

Ce qui est râlant (comme je peux être polie parfois), c'est que malgré des mises en garde des scientifiques (c'est nous !), le moins qu'on puisse dire est que l'Etat n'a guère pris ses responsabilités, ila même donné une petite dérogation après l'interdiction du produit, pour qu'il puisse encore être utilisé. Bin oui sinon comment s'en seraient sortis les pauvres planteurs de bananes ?

Première question bien légitime : ou la la, serions-nous, ma famille et moi, contaminés ? Des études sont en cours, et pour le moment (et malgré les affirmations du Professeur Belpomme qui a ramené sa fraise sur les médias), rien n'est mis en évidence. Les effets potentiels seront peut-être à plus long terme, ou peut-être que  ce pesticide n'aura finalement pas plus d'effet sur nos santés que les autres pesticides, voire même qu'un petit coup de rhum de temps en temps.

Deuxième question : nous (façon de parler) les producteurs de cultures vivirières sur les sols pollués (quand même environ 10% de la SAU), qu'allons-nous faire ? L'Etat nous offre obligeamment l'analyse de sol de notre parcelle. Si elle est positive, nous pouvons tenter de cultiver nos racines et tubercules, mais il faudra effectuer une analyse sur la production, et si elle est positive, détruire la récolte. Bof. Alors comme la Guadeloupe n'est pas extensible, plein d'agriculteurs se trouvent le bec dans l'eau et ne savent plus trop quoi cultiver.

Troisième question : c'est la faute à qui ? Je vous laisse méditer la-dessus.

Et question subsidiaire : quid des anciennes colonies françaises, notamment en Afrique de l'Ouest, où nous avons fait oeuvre de "développement" en préconisant l'utilisation du facheux chlordécone. Mais ça, les médias n'en parlent pas.

Pour en savoir plus, cliquez .
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 13:03
Coup dur à la Lézarde. Vous vous rappelez sans doute le petit chemin buccolique (et néanmoins défoncé) qui accède à la maison, dans sa partie haute. Haie fleurie, voûte arborée, le bonheur au quotidien quoi.
Bon, le mois dernier, le voisin édifie un mur de soutènement, en faisant donc sauter la partie gauche de la haie, qui était la plus racho donc pas grave (sauf que son mur est plus haut que nécessaire, et tout gris, mais bon, passons). 
Eh bien voilà ti pas que la voisine d'à côté (villa Mon Rêve) s'est dit "pourquoi pas moi". Et hier soir, en remontant avec la marmaille, nous étions tous d'une humeur excellente malgré ce truc assez monstrueux qu'est la période de rentrée des classes, CHOC.

P1020155.JPG

Toute la haie arrachée, arbres coupés, terre rouge à nu. On voit tout chez elle ! Ceci dit pour le moment c'est joli, on voit son jardin, la vieille case en bois. Ca sera moins bien quand elle aura construit son mur, probablement haut, gris et moche.

P1020154.JPG

Vous me direz (me direz-vous ?) que je suis difficile, que notre jardin est grand et beau, et que c'est pas bien grave comparé aux misères du monde. Je vous l'accorde. 

Idéfix, le 12 septembre 2007
                                                                                                               

P1020190.JPG

 

20 septembre, je jeu des 7 erreurs 

P1020284.JPG

3 octobre, le niveau monte
(mais il fait toujours aussi beau)
 


P1020303.JPG

13 octobre, et voilà !
Ca fait quand même plus propre.

7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 19:56
Qu'on se le dise, pas de stress cette année pour la rentrée.

P1020170.JPG

Swan a du bol, il a une maîtresse de CE1 sympa. 
"Alors cette année, on va faire des dictées et il y aura du travail tous les soirs. Mais comme c'est pas très marrant, on va faire aussi plein de choses pour s'aérer". 

Rémi rentre tous les matins à 7 heures, mais il a 3 après-midi de libres par semaine. Va falloir réguler sévère pour les jeux en ligne !

Ludo est également satisfait de son emploi du temps, c'eût été parfait s'il avait pu abandonner le latin, mais aucune chance, le principal y veut pô (Msieur Gaboulot !). Ce garçon m'a l'air bien décidé à travailler cette année, on ne demande qu'à le croire.

Le père François rentre également sous de très bons aupices : pas moins de 4 footings par semaine, on peut dire sans avoir peur de se tromper qu'il se sculpte un corps d'athlète, de quoi rivaliser avec les beaux gars du 15 de France (dans quelques semaines quand même).

Et pis moi je fais pas de sport, mais je suis quand même vachement en forme, ça doit être à cause que je suis heureuse.

P1020164.JPG

Allez salut, j'ai du boulot moi...
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 21:19
Il n'était pas invité, il s'est pourtant incrusté pas loin de 2 jours tout compris.
Retour sur les faits. Jeudi dernier, je commence avec plaisir une journée de congé, en allant chercher les cartes de transport et de cantine de mes chérubins, rentrée oblige. Même pas eu le temps d'arriver jusqu'aux mines réjouies des fonctionnaires, mon mouchard sonne et m'annonce que je dois rallier mon lieu de travail, un cyclone est annoncé.
Bon, la matinée pour tout plier au boulot,  l'après-midi pour ranger la terrasse, ne pas oublier d'aller chercher deux-trois films. Nuit de Chine, nuit caline... sans  presque un souffle d'air. Le zéphir commence à l'aube et s'amplifie gentimment. Les têtes blondes sortent une à une ébouriffées d'un  sommeil de marmotte (comme dans  nos voisins les hommes). Nous profitons du spectacle depuis la terrasse, ça balance pas mal...
Rien de méchant, il ne pleuvra même pas monstrueusement. La journée s'étire mollement, nous irions bien voir la mer  mais en bons citoyens, nous restons confinés.
Et voilà, beaucoup de bruit pour pas grand-chose, ça aura été moins drôle en  Martinique et surtout  en Jamaïque.

P1010821.JPG

Pas de bruit,  elle en a de bonnes !
(dit l'arbre cassé de la  plage de Grande Anse). 

P1010797.JPG

Moi j'ai flippé grave (dit  le chien errant de Viard).